lunes, 23 de mayo de 2011

ne te réveille pas.


(John William Waterhouse, Miranda)



Those are pearls that were his eyes.
(William Shakespeare, The Tempest)


L'amant à vingt ans. L'amante perdue a vingt ans. C'était le temps de la résistance. La résistance de la peau. Détruire. Détruire. Quand tu écris dans une langue étrangère, ce ne sont pas tes mots. Tu écris à une langue étrangère parce que tu aimerais qu'ils ne soient pas tes mots. Quand les amants sont morts plus rien n'importe. Je t'embrasse, mais je ne peux pas t'emmener chez la maison que je n'ai pas. Personne ne se souvient de moi, dit-elle. L'amant meurt.


+

4 comentarios:

  1. Que hermoso leerte en francés. <3

    ResponderEliminar
  2. En effet, ce sont des mots autres que les nôtres qui sortent; peut être disons nous des choses différentes? Sommes nous les mêmes dans une langue ou dans l'autre?
    Demain nous parlerons plusieurs langues, habiterons dans plusieurs pays, il sera de plus en plus difficile de savoir qui nous sommes!
    Amitiés

    ResponderEliminar
  3. C'est vrai. Il y a beaucoup de personnes à nous, il y a beaucoup de langues, pas seulement verbaux... Nous ne savons pas qui sommes.
    Merci, Leonardo :)
    Amités!

    ResponderEliminar